Accueil ,,,,,; Me contacter,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,;Dernière mise à jour le 03 février 2011


Site optimisé pour
Firefox 3.0

 



 

 

 

 

Lycée Jean Vigo de Millau 2010/2011, Aveyron
Le site personnel de Jean Claude Fulcrand, professeur de français

 

Rencontre avec DENIS POURAWA
auteur calédonien

     Jeudi 14 septembre 2006, Denis Pourawa, écrivain et poète Kanak est venu rendre visite aux élèves du Lycée Français de Port Vila.

Homme discret et posé, il relate les évènements de 1984, c’est à dire les conflits entre colons et Kanaks pour l’indépendance de la Nouvelle Calédonie.
Il s’en est inspiré pour écrire ses poèmes parus dans Entre voir les mots des murs, qui évoquent la tristesse, la révolte et la douleur éprouvée par les jeunes de cette époque.
  Dans son  premier livre qui est un album de jeunesse : Téà Kanaka, il raconte la création de l’homme selon les mythes traditionnels de sa tribu, à Canala.

   
   Malgré sa nature calme, Denis montre la colère qu’il garde au fond de lui lorsqu’il récite ses poèmes engagés. Il démontre cette rage lors de la lecture d’un de ses poèmes : à dix sept ans, dont voici un extrait :

« Il a dix sept ans
   Il a la haine
   Il boit l’eau qui brûle
   Il tue les pensées qui l’épuisent
   Il crie le feu qui berce sa patience
   Et pleure pour éteindre la violence qu’il boit »

Cette rencontre a été très instructive pour les élèves car elle leur a permis de découvrir un écrivain dont le but principal était de partager avec d’autres générations ses expériences et sa façon de voir la vie, les choses, ce qui a été une vraie réussite !

Un grand merci à Denis Pourawa de la part de tous les élèves.

Article réalisé par : Amandine, Nikita, Emmanuelle, Aurélie et Anaïs  2nde.

Biographie :

Né le 17 avril 1974 à Nouméa, originaire de la tribu de Mérénémé, Denis Pourawa a vécu son adolescence à Canala, sur la côte est de la Nouvelle-Calédonie, dans l'effervescence culturelle et politique de la période dite des Événements où la Nouvelle-Calédonie connaît de graves tensions. Seul garçon d'une famille de cinq enfants, il grandit parmi les anciens du clan paternel, dont l'enseignement le marque. Il y voit sa première référence poétique alors que pratiquement le seul livre présent à la tribu est la Bible en xaracùù (langue de la région de Canala).
 
Sa scolarité reste inachevée. En 1987, il habite la Vallée du Tir, quartier populaire de Nouméa, et s'investit dans la vie associative : groupes de musique, groupes de réflexion militante... À 18 ans, il écrit sa première histoire pour la jeunesse. À 20 ans, c'est par la lecture qu'il explore la pensée occidentale. Il vit cette exploration comme un choc des cultures, qui détermine sa décision d'écrire.
 
Ce sera d'abord le journalisme, avec en 2001 sa contribution à une revue communale, puis des articles pour la revue culturelle Mwà Véé, publiée par le centre culturel Tjibaou
De 2001 à 2003, il participe à une série de formations au centre culturel Tjibaou : avec l'association Lire en Calédonie ; avec Christian Bruel sur l'écriture d'album ; avec Patrice Favaro sur l'écriture à partir de contes traditionnels. En 2003 il écrit les poèmes qui accompagnent l'exposition Entre Voir - les mots des murs de l'artiste Tokiko, également présentée au centre culturel Tjibaou. Ce parcours le conduit à écrire Téâ Kanaké, l'homme aux cinq vies, album jeunesse illustré par Éric Mouchonnière, publié en décembre 2003.
 
Avec Paul Wamo, Denis Pourawa est l'un des poètes les plus prometteurs de sa génération.
 
Lauréat de la bourse d'écriture de la Province Sud de la Nouvelle-Calédonie en 2005, il a décidé d'explorer l'écriture théâtrale. (source Alliance française)

 

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
© JC Fulcrand, 2006