Accueil ,,,,,; Me contacter,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,;Dernière mise à jour le 03 février 2011


Site optimisé pour
Firefox 3.0

 



 

 

 

 

Lycée Jean Vigo de Millau 2010/2011, Aveyron
Le site personnel de Jean Claude Fulcrand, professeur de français

 

LE CLASSICISME en Littérature


Le classicisme vient du mot latin « classicus » qui désigne un individu de la première classe du citoyen. Le classicisme s'est répandu grâce à Louis XIV qui en a fait un véritable « culte ». Mais à cette époque le Classicisme apparaît aussi sous forme d’art avec la sculpture, la peinture, l'art décoratif, l'architecture religieuse...

Qu’est ce que le classicisme ?

Le Classicisme est avant tout un mouvement littéraire qui traite du beau.
Il suit des règles qui doivent être respectées pour faire passer un message à ses lecteurs et pour montrer sa grande classe ainsi que sa beauté.

Il a été fondé par deux auteurs : Gille Ménage (1613-1692) qui a contribué à la fixation de la langue classique et Nicolas Boileau (1636-1711) qui a établi la somme des règles classiques.

Le classicisme s’oppose au baroque : le baroque conçoit le monde comme étant en voie d’élaboration alors que le classicisme le voit totalement achevé. Le baroque voit l’univers comme en étant en perpétuelle transformation, le classicisme le ressent comme figé, fixé et est hypnotisé par l’absolu et la vérité.
De plus le classicisme est souvent connu pour la simplicité de sa beauté.

L’idéal classique

se soucier de la perfection :

La vraisemblance (théâtre) : on ne joue que ce que l’on peut croire et on ne fait pas n’importe quoi sur scène.

La bienséance : elle consiste à respecter des normes de conduites.
Ex : pas de scènes vulgaires et où il y a du sang, pas de duels, pas de morts.

l’idéal humain de l’honnête homme :

il fait preuve de retenue, est ouvert, curieux, savant sans être pédant, poli, aimable, raffiné. En un mot cet honnête homme doit plaire tant par son physique que par son discours.

Les finalités de l’esthétique classique

Le but primordial de l’esthétique classique est de plaire et d’instruire. Elle doit aussi concevoir une harmonie dans les approches esthétiques. L’art doit créer une réflexion par le biais d’une forte réaction émotionnelle (rire, pleurs,…) sinon elle reste superficielle et inutile.

L’art se veut naturel, mais ce naturel résulte « d’une recherche de ce qui marque clairement un sens ».

Le perfectionnisme : les écrivains classiques aiment le travail bien fait, et le génie n’empêche pas un énorme et rigoureux travail. Cependant ce travail ne doit pas être trop chargé sinon il perd de son charme.

La querelle entre les Anciens et les Modernes

Les Anciens s’opposent aux partis pris des Modernes où l’idée du merveilleux ne doit plus dépendre de la mythologie.

Les Anciens : Boileau, Fontaine, Bruyère

Ils défendent la théorie classique qui se base sur la copie de l’Antiquité grecque et latine et sur le passé biblique.

Les Modernes :Thomas Corneille, Perrault

Ils pensent qu’il faut évoluer et s’améliorer en suivant l’enrichissement apporté par les siècles.

Les conciliateurs: Saint-Evremont, Fénelon, Fontenelle

Ils sont au milieu de cette opposition. Ils pensent que le classicisme doit prendre exemple sur la littérature antique tout en suivant les enrichissements apportés par les siècles.

Les fameuses règles des trois unités

l'action : il est primordial d’avoir une seule histoire principale et pas plus.

le temps : la pièce ne doit pas dépasser vingt quatre heures.

le lieu : l’action doit se dérouler en un seul lieu.



 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
© JC Fulcrand, 2006