Accueil ,,,,,; Me contacter,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,;Dernière mise à jour le 03 février 2011


Site optimisé pour
Firefox 3.0

 



 

 

 

 

Lycée Jean Vigo de Millau 2010/2011, Aveyron
Le site personnel de Jean Claude Fulcrand, professeur de français

 

Le Théâtre Généralités

 

Définition:

Texte composé de dialogue* et de didascalies* qui est écrit pour être lu mais plus particulièrement pour être joué. Ce texte de théâtre est mis en scène par des acteurs. Le metteur en scène devra commenter mot à mot ce texte pour mettre au point les éléments qui lui permettront d'interpréter l'oeuvre qu'il veut jouer devant un public.

Le dialogue et les didascalies :

Didascalies :

Indications écrites de l'auteur sur le jeu des acteurs, la mise en scène qui fait partie du texte de théâtre.

Elles peuvent préciser :
les costumes
le décor
les déplacements
des acteurs
les intonations
les gestes

Dialogue théâtral :
L'auteur de théâtre ne s'adresse au spectateur que par l'intermédiaire des discours échangés entre acteurs

Les différentes formes du dialogue théâtral :
(source Encyclopédie Encarta 2003)

La tirade:
Longue réplique adressée à un ou plusieurs interlocuteurs.
=> l'acteur veut se faire écouter
.

La répartie :
Réplique brève, rapide.
=> souligne la vivacité de l'affrontement, le tragique, le comique.

La stichomythie = Successions de répliques brèves ( limitées à 1 vers ou un hémistiche)                   
=>marque que le dialogue menace de se rompre.

Le monologue:
1 personnage parle seul en scène, parfois très longuement.
=>met en scène la solitude d'un personnage qui doit prendre une décision, qui traverse une crise.

L'aparté :
Réplique entendue par le public mais non par l'interlocuteur pourtant en scène.
=> crée une complicité avec le public.

Le quiproquo :
Les personnages prennent 1 mot pour 1 autre ou comprennent mal 1 phrase.
=> Comique ou tragique, il révèle des traits de caractères.

L'histoire/L'action :

L'action, ou la structure dramatique (du grec drama, « action »)est constituée par un enchaînement à la fois logique et chronologique.
Elle se compose de trois grandes phases, de longueur inégale :

L'exposition
donne des indications sur la situation initiale, le temps, le lieu, les personnages principaux, ou les protagonistes.

Le noeud de l'action
précise la nature des obstacles à surmonter ou de l'objectif à atteindre et met en oeuvre un processus dynamique pour passer d'une situation à une autre ; l'enchaînement logique et voulu des événements peut être perturbé par des faits imprévus, les péripéties (ou coups de théâtre).

Le dénouement
présente l'aboutissement de l'action (échec ou succès dans la poursuite des objectives initiaux) et fixe le sort de tous les personnages.

Les Personnages

Ils se caractérisent à la fois par leur personnalité et par leur rôle dans l'action (= fonction actancielle).

La personnalité
s'exprime à travers le nom, le rang social et surtout les caractéristiques du langage utilisé dans les répliques (niveau de langue, fonction dominante du langage).

Les fonctions actancielles 
comme pour le récit, une action dramatique met en présence six forces distinctes.

le sujet
héros de l'histoire qui oriente la progression de l'action par l'objectif qu'il poursuit

l'objet
ce que vise le sujet

l'adjuvant
aide le sujet

l'opposant
fait obstacle à l'action du sujet

le destinateur
force qui pousse le sujet à agir

le destinataire
bénéficiaire de l'action du sujet

Le découpage temporel

En théorie l'action est entièrement représentée c'est-à-dire que tout doit être montré sur scène. Mais le texte théâtral est aussi composé d'actes ou de tableaux entre lesquels des évènements non représentés peuvent intervenir.

Selon les siècles et les théories théâtrales, le décalage entre événements représentés et non représentés  a été plus ou moins important.

La tragédie classique du XVIIème siècle tente de faire coïncider durée de l'histoire et durée de la représentation, avec la règle des trois unités : une seule action, qui doit se dérouler dans un même espace, en vingt-quatre heures ; seuls les événements qui choquent la bienséance (mort violente) ou qui sont impossibles à montrer sur une scène (bataille entre deux armées) font l'objet d'un récit.

 Dans le drame romantique de XIXe siècle, l'action peut s'étendre sur plusieurs mois et se dérouler dans des lieux éloignés les uns des autres.

La parole théâtrale

la double énonciation :
Explicitement, les répliques s'adressent aux différents personnages qui sont face à face sur la scène mais aussi au public

Le Monologue :
le personnage se parlant à lui-même informe le public sur ses sentiments

L'Aparté :
un personnage baissant la voix est censé être entendu de public, mais non de ses interlocuteurs sur scène.

Le tour de parole

Les personnages dominants ont la maîtrise de l'échange en engageant le dialogue, en l'interrompant ou en le clôturant.

Le volume et la répétition des répliques

Ils révèlent l'importance dramatique et psychologique des personnages et imposent un certain rythme.  

La tirade
longue réplique prononcée sans interruption, implique un approfondissement de l'échange et coïncide avec un ralentissement du rythme.

La  stichomythie
succession de courtes répliques de longueur identique et syntaxiquement symétriques) traduit au contraire un affrontement entre personnages et entraîne une accélération du rythme.

L'enchaînement des répliques

Le passage d'une réplique à une autre peut se faire :

par continuité
reprise syntaxique ou lexicale ; jeu de question/réponse

par rupture
refus de répondre ; changement du thème de la conversation ; interruptions

Remarque :
Moteur de l'action, le dialogue sert aussi à traduire le caractère des personnages et les objectifs littéraires de l'auteur. La prédominance de telle ou telle fonction du langage peut se révéler particulièrement significative.

Jessica Kalsakau, 1ère STG, 2006

d'après le manuel de Français,

Méthodes et Techniques, Nathan

 


 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   
© JC Fulcrand, 2006